CAP VERT 14

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - réduction déchets

Fil des billets

lundi 30 septembre 2013

Paillage de copeaux : ça marche !

J'avais déjà consacré un billet à mes réticences vis à vis des plantations sous bâches plastique.

L'autre jour à Rennes, j'ai pu comparer des plantations avec bâche et d'autres, au pied du même immeuble, paillées à l'aide de copeaux de bois.

Paillis de copeaux 1
Au pied de ces arbustes, une couche de bois haché de 5 à 10 centimètres d'épaisseur. On remarque la quasi-absence de plantes indésirables.

Paillis de copeaux 2
Même chose au pied de ce massif, planté de Prunus laurocerasus 'Otto Luyken', petits lauriers palmes aux feuilles fines, dont la taille ne dépassera pas 1 mètre de haut et 1,50 mètre de large.

Bâche tissée et mauvaises herbes
Dans ce troisième massif, tout près des deux précédents, on remarque que la bâche tissée n'a pas empêché le développement de mauvaises herbes au pied de chaque Lonicera nitida. Aucun avantage donc pour ce type de paillage. En outre, le désherbage sera compliqué par la présence de la bâche.

Dans mon jardin, je broie les déchets de taille des arbustes, et j'épands les copeaux obtenus au pied des arbustes. Ce n'est pas beaucoup plus difficile que de tout porter à la déchetterie, et le désherbage s'en trouve simplifié.

vendredi 30 novembre 2012

Il n'y a pas de problème, il n'y a que des solutions

Les données du problème : un potager un peu (beaucoup) envahi d'herbes diverses suite à un entretien minimaliste, un bac à compost plein à ras bord, et des monceaux de feuilles mortes tombées subitement sur la rue qui mène au jardin. Il fallait faire quelque chose avant que les voitures ne les transforment en une bouillie intransportable.
Après avoir arraché les restes des plants de tomates, courgettes et autres haricots, et les avoir laissés sur place, hachés sommairement au sécateur, j'ai pris mon courage - et ma brouette - à deux mains, pour recouvrir le dit potager d'une couche de feuilles de 10 à 15 cm.
Deuxième phase : étaler une couche de compost de quelques centimètres d’épaisseur sur les feuilles, ce qui leur évitera de s'envoler au prochain coup de vent.

Potager d'automne
Résultat : une entrée de jardin propre, un bac à compost vide, et un potager dont la terre est protégée du lessivage et du tassement causés par les pluies hivernales sur les terres nues. Les mauvaises herbes disparaîtront, étouffées par le paillis de feuilles, lui-même étant rapidement incorporé au sol par les lombrics dès la sortie de l'hiver.

jeudi 19 août 2010

Coup de torchon

Torchon_pour_les_legumes.JPG Pendant longtemps, j'ai essuyé mes légumes avec du papier torchon (type Sopalin) qui partait illico à la poubelle. Et puis un jour, la révélation : pourquoi ne pas utiliser un vrai torchon qui passerait à la machine ? Le mien est en lin et coton écrus, et fait très bien le boulot ; il m'a même servi à égoutter la salade pendant les vacances.